Facebook Twitter Linked in

Capture_décran_2017-11-03_à_16.17.30.png


Quelles énergies dans le monde pour 2050 ?

                                               Christian de Perthuis

                       Professeur d’économie à l’université Paris-Dauphine

                            Fondateur de la Chaire Économie du Climat

Pour l’économiste du climat, 2050, c’est demain. Le climat que connaîtront les habitants de la planète dans un peu moins de 35 ans sera largement déterminé par le stock des gaz à effet de serre que nous avons déjà rejetés dans l’atmosphère. Si des inflexions majeures sont apportées d’ici 2050 en matière de transitions énergétiques, elles affecteront peu le climat de 2050, mais modifieront drastiquement les conditions climatiques que connaîtront les générations suivantes. Ce n’est plus l’image de 2050 qu’il nous faut dès lors représenter, mais disons celles de 2085 ou 2120 pour conserver un pas de temps de 35 ans.

J’ai tenté de fournir trois images du système énergétique en 2050, en combinant trois variables : la quantité d’énergie consommée par un Terrien moyen, la part de cette énergie venant de chacune des sources fossiles et les émissions totales de CO2en résultant. Les résultats des calculs sont consignés dans le tableau en fin de texte, affublés d’une étiquette de couleur similaire à celles qui attestent de l’efficacité énergétique de nos équipements. Pour l’économiste du climat, ce sont les images de 2085 et 2120 associées à chacune de ces couleurs qui révèlent les implications de nos choix d’aujourd’hui.

Dans le scénario bleu, le Terrien moyen consomme autant d’énergie en 2050 qu’en 2015. La réduction des gaspillages dans les pays riches a fait baisser leurs consommations unitaires, mais l’accès à l’énergie dans les pays moins avancés a progressé, en particulier grâce à la pénétration des réseaux décentralisés fournissant l’électricité. La part des fossiles a été ramenée à 50 % des sources primaires. La place du pétrole et du charbon a été drastiquement réduite, au profit des renouvelables et du gaz d’origine fossile. Le secteur des transports terrestres s’est affranchi de son addiction au pétrole. Les émissions mondiales de CO2d’origine énergétique ont diminué de près de 30%.

Lire la suite : https://www.connaissancedesenergies.org/perspectives-energies-2050/christian-de-perthuis

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir



Recevez la Newsletter E5T
en vous inscrivant ici :



Social - Derniers Tweets

Social - Derniers Posts

...